La voix(e) libre°°

shapeimage_2.pngC’est souvent ce que je vois lorsque les gens se mettent à chanter …

C’est parce que notre voix est le marqueur de ce qui s’est passé en nous que nous pouvons «remonter» le temps et avec la respiration remettre de l’ordre. Les évènements restent, nous ne refaisons pas l’histoire bien sûr, mais les verrous tombent et notre corps, notre être tout entier se libère. La voix devient fluide et libre.

Notre voix nous «trahit». Nous pouvons dire d’une personne qui parle si elle va bien ou pas. N’apprend-on pas aux standardiste à sourire au téléphone, car le sourire «s’entend» ?

Notre voix varie avec nos émotions.  Elle est aiguë lorsque nous sommes excités et heureux, lente et grave lorsque nous sommes tristes, tremblante si nous sommes en colère… On change de ton selon son interlocuteur. On peut deviner à qui une personne parle au téléphone en fonction du ton qu’elle prend… et ceci à l’infini. Je sens ma voix se nouer au seul fait de parler ou même de penser à mon père qui est mort.

Les grandes émotions (et même les moins grandes) ont impacté notre corps. Notre voix s’en souvient, sa mémoire est infaillible. Elle reste le témoin de notre vie.

Ma méthode s’est construite pas à pas au fil de mes rencontres et de mes expériences personnelles…

Nous sommes rythme, notre coeur est la toute première rythmique de notre vie. Notre souffle est venu ensuite. Retrouver sa rythmique intérieure pour y apposer son souffle, puis sa respiration, puis sa voix…

Dans mes ateliers, ou tout au long des cours nous travaillons longuement sur le rythme, le souffle, le corps, la voix, puis une fois que les barrières commencent à tomber, on peut chanter. Des outils pour chanter mais pas que  …

Le chant est la phase ultime du chemin. Il faut d’abord reconquérir son corps originel. Retrouver son premier souffle de vie. Mais avant tout cela retrouver sa rythmique intérieure.

A travers la voix je sens je lis comme dans un livre. Tout est très clair ce que sont les gens, leur en fait prendre conscience et nous commençons le travail.

Le corps originel, celui qui est connecté avec l’ensemble ne demande qu’à se retrouver. Retrouver son encrage, c’est se retrouver, et aller bien.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close